L’intelligence relationnelle, c’est de la prévention santé !

Et cela s’apprend !

L’OMS (Organisation Mondiale de la santé) a identifié dès 1993, les compétences relationnelles et psycho-sociales (CPS) comme des axes majeurs de prévention de la santé globale.

Elle les a défini comme « les capacités d’une personne à maintenir un état de bien-être subjectif (comment je me sens) lui permettant de répondre avec efficacité aux exigences et épreuves de la vie quotidienne« .

Les CPS sont donc à la fois sociales, émotionnelles et cognitives

  1. Les compétences sociales recouvrent les compétences de communication (verbale et non verbale), d’écoute, l’expression des émotions, la capacité à donner, recevoir, dire oui/non en s’affirmant, la gestion des conflits, la négociation, mais aussi l’empathie, les capacités à coopérer et à collaborer et enfin à argumenter et influencer.
  2. Les compétences cognitives concernent la prise de décision et de résolution de problèmes, la pensée critique/
  3. Les compétences émotionnelles ou d’auto-régulation regroupent nos capacités de réguler nos émotions, colère et anxiété, nos traumatismes (résilience), gestion du stress, du temps, la relaxation mais aussi la confiance, l’estime de soi et l’auto évaluation.

L’OMS en a identifié 10 qui fonctionnent par 2

  • Résoudre des problèmes/prendre des décisions
  • Communiquer efficacement/être habile dans les relations interpersonnelles
  • Avoir conscience de soi/avoir de l’empathie pour les autres
  • Faire face au stress/ aux émotions
  • Avoir une pensée créative/développer une pensée critique.

Développer son intelligence relationnelle et émotionnelle, c’est prendre conscience de ses émotions, croyances, valeurs, ressentis.

L’humain se développe dans sa relation aux autres… c’est donc aussi coopérer et collaborer, s’exprimer, écouter, dire oui, dire non, demander et refuser… et cela s’apprend à tout âge !

Les CPS devraient donc être un apprentissage de base tout au long de la vie et dans tous les environnements.

Les CPS sont la meilleure prévention de la santé, des comportements à risque, de la violence sociale et éducative ordinaire.

Elles jouent un rôle majeur pour accompagner le développement du cerveau de l’enfant (voir mon programme : les jardiniers de l’enfance)

L’apprentissage/réapprentissage se fait par l’expérience, la pratique quotidienne,  par un ancrage régulier de nouvelles façons de faire.

On apprend en observant, en imitant et en répétant.

Voilà pourquoi les pédagogies et les démarches que j’anime sont des espaces-temps où l’expérience, la mise en situation et le jeu sont au centre. Faire confiance au Gulliver qui est en chacun de nous, ce potentiel vivant et créatif !