Empathie : et si nous cultivions cette aptitude innée?

« L’empathie c’est, à la vitesse de l’éclair, sentir ce que l’autre sent et savoir qu’on ne se trompe pas, comme si le cœur bondissait de la poitrine pour se loger dans la poitrine de l’autre…

…C’est une antenne en nous qui nous fait toucher le vivant : feuille d’arbre ou humain. Ce n’est pas par le toucher qu’on sent le mieux mais par le cœur.Ce ne sont pas les botanistes qui connaissent le mieux les fleurs, ni les psychologues qui comprennent le mieux l’âme, c’est le cœur. Le cœur est un instrument d’optique plus puissant que les télescopes de la Nasa. C’est le plus puissant organe de connaissance qui se fait sans aucune préméditation, comme si ce n’était plus nous qui faisions attention à l’autre, comme s’il n’y avait plus qu’une attention pure et une bienveillance fondée sur la connaissance de notre mortalité commune… »

Comment parler de l’empathie mieux que Christian Bobin (in Lumière du monde) ?

L’empathie commence par une intention. Celle de vraiment être en lien avec l’autre, sans projet, sans exigence, sans demande, en ouverture.

Deux cerveaux fonctionnent en wifi !

Et puis la magie opère. Car nous sommes naturellement câblés pour cela. En 1992, une équipe de neurologues italiens fait une découverte. Les chercheurs ont placé des électrodes sur le cerveau d’un singe. L’un des chercheurs mange une glace devant l’animal. Et là il s’aperçoit que le cerveau du singe reproduit exactement son geste. Les cellules du cerveau ont capté son mouvement. C’est la découverte des neurones miroirs. Ils  me permettent d’observer et de percevoir les gestes que la personne en face de moi va faire, ses intentions, ses émotions. Ils me préparent à imiter son geste. Dès que je l’observe attentivement, la même zone dans nos cerveaux s’active comme un système en miroir. L’action que j’ai observé déclenche les neurones miroirs chez moi comme un réflexe. C’est l’origine de l’empathie présente chez tous les mammifères.

Des expériences ont montré récemment qu’à un an, les bébés étaient spontanément capables de comportements altruistes sans qu’on leur ait appris. Ce phénomène de résonance est donc biologique et explique comment l’on apprend : en observant et en imitant. Par contagion, le groupe va apprendre ensemble.Plus l’on vit des expériences d’empathie, plus l’on devient sociable, plus l’on coopère naturellement, plus on vit en bonne intelligence et donc en bonne santé.  C’est comme le vélo, cela se réapprend quand on a un peu oublié…Alors à votre empathie ?